previous arrow
next arrow
Slider
Actualités de pharmacie

France pour promouvoir les ventes de médicaments génériques

Les résultats d’une enquête publiée par l’administration française de sécurité % des médicaments vendus dans le pays sont des médicaments génériques. Le gouvernement propose maintenant une rapprocher les ventes de médicaments génériques du niveau moyen des autres pays développés, dans l’espoir d’économiser des milliards de francs par an. Les ventes de médicaments représentent plus de 20% des dépenses de santé en France. L’administration de la sécurité sociale, qui rembourse aux patients tout ou partie du coût des médicaments jugés efficaces, devrait enregistrer un déficit de 3,6 milliards de francs (330 millions de dollars) cette année. Pour alléger ce fardeau, le gouvernement proposera, début octobre, une législation visant à sortir la France des 22 pays développés de l’enquête. Au Royaume-Uni, les génériques représentent plus de 20% des ventes de médicaments. En Allemagne, ce chiffre est de 40% et en Pologne, de presque 50%. Aux États-Unis, aux Pays-Bas, au Canada et en Grèce, les ventes de médicaments génériques représentent plus de 10% des ventes de médicaments.Selon l’administration de la sécurité sociale, si environ un dixième des médicaments prescrits par la marque Les médecins français choisissent de prescrire des médicaments de marque. Bien que les pharmaciens soient autorisés à substituer un produit générique équivalent, la plupart n’en ont pas epilepsie : les différentes formes chez l’enfant. De nombreux médecins s’opposent à la substitution, écrivant parfois «ne pas se substituer» à leurs prescriptions.La plupart des patients ne savent pas que les médicaments génériques sont identiques aux médicaments de marque, ils sont hostiles au «substitut bon marché» et évitent apparemment les pharmacies qui ont une politique de substitution.Claude Japhet, président du principal syndicat des pharmaciens, l’Union nationale des pharmacies de France , attribue cela à l’insuffisance des informations fournies par le gouvernement au public et aux attitudes négatives de certains syndicats médicaux. L’administration de la sécurité sociale souligne que les campagnes d’information peuvent être très efficaces. Par exemple, les autorités sanitaires de la Marne dans le nord-est de la France, alarmées par une augmentation rapide des coûts de santé il y a cinq ans, ont mené une campagne vigoureuse auprès des professionnels de la santé en faveur des médicaments génériques et 10% des ventes de médicaments génériques La prescription du nom générique international est un élément clé de la législation, proposée par le Dr Bernard Kouchner, ministre délégué à la santé, et la ministre de l’Emploi Elisabeth Guigou.

Back To Top